Objectif Reconversion ?

Bâtir sur du solide...

Bâtir sa reconversion sur du solide

Une reconversion signifie: "rapport financier" sinon, nous sommes dans le loisir.

Or, en apiculture, il faut faire la part des choses: l'apiculture du dimanche (apiculture de loisir) n'a rien de commune mesure avec une apiculture de type professionnelle car il manque une chose essentielle: le facteur de rentabilité.

Si en effet, pour un apiculteur de loisir, perdre une colonie ou deux chaque année n' a rien de dramatique autre que le plan "affectif", pour l'apiculteur comptant sur son revenu, il en va tout autrement.

C'est pourquoi, il est indispensable de fonder solidement votre formation en sachant que pour devenir apiculteur, un certain nombre d'obstacles sont à franchir...

En pro, on ne peut pas se permettre de perdre ses ruches !

Votre objectif de reconversion professionnelle en apiculture mérite d'être particulièrement bien étayé car il faut 5 années de montée en puissance pour atteindre un premier pallier de "Professionnel" si vous faites tout dans les règles. Or l'influence de l'Internet induit beaucoup de personnes dans l'erreur car il ne suffit pas de voir une fois pour savoir, quand bien même vous ayez un sens aigu de la visualisation. La lecture de livres (y compris les miens), ne sera pas suffisante non plus car il faut appliquer au fur et à mesure que croît votre exploitation.

Le second obstacle majeur concerne les investissements (qui en apiculture sont très lourds par rapport à la rentabilité). Pendant les 3 premières années, vous allez devoir monter en puissance au niveau de votre cheptel,  trouver les emplacements sur lesquels vos abeilles pourront vivre toute l'année etc. Cette montée en puissance sera chronophage à l'extrême, ce qui ne permet pas le moindre écart de conduite.

Enfin, le troisième obstacle concerne les taux de mortalité des abeilles. Vous croyez passer à travers ? Ce serait alors bien ignorer les difficultés qui vous attendent. Cette mortalité doit être parfaitement comprise et gérée pour pas dire "Maîtrisée". Or il ne s'agit pas d'un cours de gestion où il suffit de coucher quelques chiffres sur le papier. Il y a hélas la réalité de terrain contre laquelle, seul, un véritable plan de formation et d'accompagnement doit avoir été pris en compte dès le début.

Le Plan de formation

un bon plan de formation en apiculture est indispensable

Pour parvenir à une apiculture rémunératrice, il n'y a pas de secret: il faut du temps, surtout si vous ne connaissez rien en apiculture si ce n'est que l'abeille existe. Et ce n'est pas avec votre découverte en immersion chez un apiculteur qui vous a ouvert ses ruches que votre base de connaissances sera acquise.
Acquérir de l'expérience, même pour le meilleur des autodidactes, ne se fera pas non plus à la lecture de bouquins  ou de discussions dans les forums, pourquoi ?

Tout simplement parce qu'il est indispensable de comprendre par la pratique, et surtout savoir anticiper. On ne devient pas apiculteur parce qu'on cherche un job rémunérateur, mais pour donner du sens à sa vie (même sa retraite).

Vous aurez réellement besoin de 3 saisons pour apprendre. Ensuite...

Première phase: 3 ans de pratique et de suivi pour bien apprendre

Apprendre l'apiculture un prérequis

1/- Première année: 3 Stages + acquisition de bonnes colonies d'abeilles

  •  - Apprentissage sur le fonctionnement des colonies d'abeilles - Conduite et développement jusqu'à leur mise en hivernage
  •  - Apprendre à récolter de la Propolis (produit à forte valeur ajoutée)
  • - Apprendre à préparer ses ruches pour un bon hivernage
  •  - Acquisition d'un premier rucher constitué d'essaims sélectionnés

2/- Seconde année : 2 Stages:

- Réveil des abeilles et Préparation des colonies à leur sortie d'hiver (stage de février)
- Apprentissage de la multiplication des colonies d'abeilles

3/- Troisième année: 1 stage -> montage du cheptel pro
Stage destiné au fort accroissement des colonies pour créer un cheptel pro

Serait-il possible de condenser ces étapes afin de gagner un an ou plus ?

L'expérience des stagiaires qui ont tenté de raccourcir me montre que non. L'apprentissage doit être validé par la non-perte d'abeilles. Si au cours de ces 3 années vous rencontrez un problème, que se passerait-il à grande échelle alors que vous auriez investi conséquemment  ? En attendant, pour ce qui me concerne, je ne veux pas cautionner des échecs ni faire miroiter quoi que ce soit ! 
Pour dégager un revenu ou un complément de revenu, cela se prépare un peu plus intelligemment car même si vous êtes "aisé" financièrement, vous devrez passer ôt ou tard par la case départ.

Des orientations s'offrent ensuite à vous

Faire couler le miel à flots ne suffit plus pour gagner sa vie
Après cet apprentissage sur 3 saisons, si vous n'avez pas renoncé entre temps, vous aurez besoin de 2 années pour monter en puissance. C'est seulement au cours de la quatrième ou cinquième année que vous pourrez commencer à envisager quelques rentrées d'argent, Toutefois, d'un autre coté, si ce n'est déjà fait, vous allez aussi devoir mettre la main à la poche pour investir tant dans le matériel que les colonies de multiplications.

Gagner sa vie en apiculture ne se trouve plus dans la production (quantitatif) mais sur le marché du haut de gamme. Il ne suffit plus de savoir faire couler le miel ! Avec la mondialisation, on trouve maintenant du miel labellisé Bio à 1.80€ du kilo acheté sur le port du Havre par fût de 300kg. Comment gagnerez vous votre vie face à de telles importations ?

Ma réponse est simple: Faire chanter le coq ne suffira pas ! Ce que veut la "clientèle Miel" va au-delà d'un label: elle veut la garantie de produits de qualité et d'authenticité.

Et puis, l'apiculture n'est pas uniquement synonyme de miel !
L'apiculteur peut choisir de se spécialiser dans un créneau particulier comme par exemple, la production de Gelée Royale française, la production de Propolis, de Pollens, d'essaims d'abeilles ou de reines. La demande en produits de qualité est grande. Avec la connaissance, vous pourrez vous orienter peut-être sur des produits transformés: Vinaigre de miel, Hydromel, pains d'épices, nougats etc.

Pour y parvenir, encore une fois, il n'y a pas de secret ! (quelque soit votre future spécialité), vous devrez impérativement maîtriser l'élevage des abeilles, car les colonies ne sont pas éternelles, elles doivent en permanence être renouvelées et sélectionnées. Si cette partie est occultée, alors vous serez condamné chaque année à racheter des colonies: Où sera votre gagne-pain ou votre bénéfice ?

rien ne remplacera jamais...

monter son premier rucher sera votre premier objectif

Un apprentissage solide et étayé sur le bon sens ! Répartissez et investissez sur les 3 prochaines saisons pour apprendre à devenir apiculteur. Ne grillez aucune étape sinon vous irez droit dans le mur, quand bien même vous ayez des moyens.

Si c'était aussi simple qu'on ne le lit sur internet, tous les retraités et tous les chômeurs seraient apiculteurs !!

Par conséquent, je résumerai ceci en 2 points:

  • - D'une part, il est indispensable de se donner le temps d'apprendre correctement
  • - D'autre part, il faut également investir dans de bonnes souches dès le départ et cela ne s'établit pas dans le "vite vite !"

C'est ce que je vous propose, en vous offrant mon assistance de A à Z.
C'est pourquoi, pour 2018, vous devrez commencer par choisr d'effectuer vos 2 premiers stages: 

  • - Un stage débutant,
  • - Le stage de préparation à l'hivernage (du 14 au 16 septembre)

N'hésitez pas à venir me rencontrer si vous envisagez de pratiquer au cours de vos prochaines années, une apiculture rémunératrice. Cela se prépare dans la réflexion et certainement pas dans la précipitation !

Votre Objectif de reconversion

Adieu veaux vaches, cochons...

Ce n'est pas parce que votre entreprise prévoit un plan social limitant la casse qu'embrasser l'apiculture fera de vous un apiculteur.

Tout d'abord, la première question avant d'envisager une "Reconversion" est:

Que connaissez-vous aux abeilles ? Croyez-vous qu'il suffise d'acheter quelques ruches pour faire du miel et le vendre ? Si c'est là votre vision des choses, renoncez immédiatement, non seulement pour vous épargner bien des soucis, mais également ne pas perdre votre temps et vos illusions.

Comment pouvez-vous imaginer une reconversion dans les abeilles si vous ne connaissez rien ? Qui vous dit que vous allez endurer les piqûres, les maigres salaires pour un travail qu'il faut endurer pendant l'été alors que vous serez emitoufflé dans votre scaphandre... etc ?...

Je suis consterné par le nombre de personnes qui m"écrivent "vouloir faire une reconversion Pro en apiculture" alors qu'elles n'ont même pas la moindre ruche. L'apiculture n'est pas un métier que l'on choisit, mais qui répond à un appel puissant qui fait suite à notre cottoiement avec les abeilles. Vous penserez ce que vous voulez et agirez comme bon vous semblera, mais le proverbe dit bien: "Un homme averti en vaut deux".

Ce n'est pas parce que votre entreprise vous permettra d'accéder à un bon pécul de départ que vous pourrez faire de votre vie professionnelle, un bon apiculteur.

Cela dit, fort heureusement, il y a celles et ceux qui parviennent à s'en sortir fort heureusement. Pour certains, en ayant accepté et admis les contraintes, pour d'autres fort bien car leur formation était cohérente et bien étalée dans le temps, accompagnant ainsi une montée en puissance programmée. 


Des ouvrages d'étude

Bernard NICOLLET

Avez-vous lu les 2 dernières éditions de mes livres d'apiculture ?

1/ Comment débuter... (3ème Ed.)

Ce livre, contrairement à ce que pourrait laisser entendre son titre, ne s'adresse pas qu'aux débutants. J'ai voulu, avec cette toute nouvelle édition, mettre particulièrement l'accent sur les difficultés rencontrées en apiculture de nos jours. Je garde pour ligne conductrice, à contre-courant des orientations de l'apiculture, qu'il est urgent de revenir à une pratique plus naturelle, moins gadget, et surtout, plus respectueuse de nos abeilles endémiques. Si vous vouhaitez donner du sens à votre apiculture, je fais la promesse que cet investissement de 29 euros ne sera pas en vain

438 pages - photos couleurs

29 € - ouvrage dédicacé si vous le commandez iciCommander

2/ Développer et maintenir... (2ème Ed.)

Développer et maintenir des ruchers en apiculture naturelle

Les pertes d'abeilles sont maintenant alarmantes, à un point jamais atteint, même au moment le plus difficile avec l'apparition des pesticides systémiques.

Quand le taux de pertes hivernales dépasse 10%, il y a un problème, mais quand il n'est plus rare d'entendre parler de 50 à 80%, là c'est grave. La faute à qui ? Aux pesticides ?

Ce n'est pas ce que je crois. Tout le monde ne vit pas et n'entretient pas des ruchers en zônes de cultures et pourtant la perte des cheptels se fait ressentir...

Il est grand temps d'abandonner un certain nombre de mauvaises pratiques apicoles, avant même de tancer l'agriculture comme tueuse d'abeilles.

Apprendre à reconsidérer nos voies sans issue, particulièrement dans l'élevage des abeilles, la production des reines ou les importations,..
Recentrer l'abeille noire endémique au coeur du débat donnera non seulement du sens à votre apiculture, mais de surcroît, vous évitera bien des déboires.

Apprendre à élever, créer des essaims et surtout développer son cheptel dans une apiculture plus respectueuse de l'abeille, tel est le message que j'ai souhaité transmettre ici en apportant un certains nombre de pistes qui passent par l'apprentissage des rudiments de la sélection.

326 pages, photos couleurs
39€ - Je dédicace personnellemnt et individuellement mes ouvrages si vous les commandez ici

Commander

Contact:
Bernard NICOLLET
Abeille & Nature earl
Les Harrivières
42460  Le Cergne
Tél: (+33) 04.74.13.18.18
(le matin de préférence) ou:
Ecrivez-moi
Payements:
-  Chèque  - Virement
Crédits:
Textes: Abeille & Nature
Photos:
©Bernard NICOLLET, B.R.Bacquero
Site: Apiculture-Formation.com

Plan du site
© Copyright A&N Pro. Tous droits réservés.